Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/44

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
37
ET LA SŒUR GRISE.

tre petite maison étinceler soudain de mille feux ?

— Oui, en effet (et en même temps je regardais de toutes les forces de mon âme) tout s’apprête dans cette maison pour une fête splendide : l’argent ciselé, le bronze et l’or, les cristaux légers comme l’air, les fleurs les plus rares, les velours tendus sur les bois sculptés à jour, la dentelle et l’ivoire luttent de légèreté et de transparence. — Quelles formes riantes ! quels chefs-d’œuvre étincelants ! quel enivrement universel ! On dirait qu’en ce beau lieu tout vous sourit d’un sourire éternel : les sophas vous tendent les bras comme autant de prostituées en délire ; les fauteuils vous bercent doucement en chantant un air à boire ; les beaux tapis vous portent sans vous toucher ; les satyres dansent en portant les bougies allumées ; les chenets se traînent à vos pieds, chargés d’une flamme odorante ; la pendule se dandine gracieusement en sonnant les heures que vous aimez le plus ; du plancher,