Page:Janin - Les catacombes, tome 2.djvu/62

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
55
ET LA SŒUR GRISE.

près de toi hier matin quand tu lisais cette élégie de Tibulle où il est parlé de cette belle Néera ; mais au plus touchant passage de l’élégie le livre est tombé de tes mains. Dans ce bois touffu où viennent danser les beautés parisiennes tu m’as vu emportant dans le tourbillon rapide de la valse cette frêle dont les épaules brillent comme l’éclair : à peine as tu daigné jeter sur nous un regard distrait. — Ainsi donc c’est bien ta faute si tu ne m’as pas rencontré en ton chemin. C’est bien le moins cependant que tu me devines quand tu as besoin de moi, et j’aurais trop à rougir si j’étais obligé de te frapper sur l’épaule et de te dire : Je suis le diable !

Comme le diable parlait ainsi la nuit descendait plus sombre sur la bonne ville de Paris, et peu à peu je vis s’illuminer dans cette ombre transparente le théâtre à double compartiment sur lequel se passait le drame étrange dont j’avais été le témoin. Cette fois cependant je ne vis plus que les restes du fes-