Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/24

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Ai-je, autre Oedipe, entré dans le lit de ma mère ? [110]

Lui suis-je époux et fils ? Mon fils fut-il mon frère ?

Voilà que les surgeons d'un sang incestueux

Portent le diadème, et vous êtes pour eux !

Nous, vous nous destinez, innocentes victimes,

À périr pour leur gloire et payer pour leur crimes ! [115]


Jocaste

Ô reproche honteux, que renouvelles-tu ?

Assez sans toi le sort exerce ma vertu.


Eteocle

Je pardonne, Créon, cette plainte insensée

Aux récentes douleurs du sort de Ménécée :

Je sais qu'un fils qu'on perd afflige vivement ; [120]

Mais il faut une borne à ce ressentiment,

Ou la peine suivrait un semblable caprice :

La guerre des États n'exclut pas la justice,

Et n'excuserait pas un outrage pareil.

Entrons, et m'assistez d'une heure de conseil. [125]


Ils sortent tous, excepté Hémon et Antigone.



Scène IV


Antigone, Hémon



Antigone

Voyez, mon cher Hémon, comme sa violence

Va jusques à l'outrage et jusqu'à l'insolence.

J'approuve sa douleur, mais pour quelle raison

Lui fait-elle offenser toute notre maison,

Et, suivant sans respect sa brutale colère, [130]

Troubler jusqu'aux enfers le repos de mon père ?