Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/32

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Et que cet autre hymen lui puisse être aussi doux [320]

Que le premier fut triste et pour elle et pour vous.

Il sort.


Argie

Polynice ! Mon père, arrêtez ce barbare ;

Qu'il diffère un moment la mort qu'il me prépare,

Et qu'il reçoive au moins l'adieu que je lui dois.

Cessez, pleurs et soupirs qui m'étouffer la voix. [325]


                       {{acte|