Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/58

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Si rien est à cacher, cachez votre faiblesse ;

Je fais gloire pour moi que ma vertu paraisse.


Ismène

Comme dans les dangers vous vous précipitez !


Antigone

Avec autant d'ardeur que vous les évitez.


Ismène

Je vous l'ai dit cent fois, cette œuvre sera vaine. [895]


Antigone

Bien, mon pouvoir cessant fera cesser ma peine.


Ismène

Mais ce n'est pas assez d'entreprendre ardemment ;

L'honneur de l'entreprise est en l'événement.


Antigone

Vos raisons, comme vous, sont de si peu de force,

Que, loin de m'arrêter, cet obstacle m'amorce. [900]

Laissez indifférent mon bon ou mouvais sort ;

Voyez, si je péris, mon naufrage du port ;

Pour moi je tiens plus chère et plus digne d'envie

Une honorable mort qu'une honteuse vie ;

Et de mes ans enfin voir terminer le cours [905]

Ne sera qu'arriver où je vais tous les jours.


Ismène

Allez donc, et le ciel, pour vous et pour mon frère,

Conduise de dessein mieux que je ne l'espère.

Mais vos soins, si mon cœur ne m'abuse aujourd'hui,

Préparent un cercueil plus pour vous que pour lui. [910]


Elles sortent.