Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/59

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène VI


Argie

Ménette, une lanterne à la main sur les remparts où s'est donné le combat



Ménette

Madame, vous cherchez votre perte visible.


Argie

C'est bien ma perte, hélas ! Elle m'est bien sensible.


Ménette

Je dis de votre vie.


Argie

Ah ! Le même trépas

Qui l'ôte à mon époux ne m'en privera-t-il pas ?

Ménette, voulez-vous qu'en ce malheur extrême [915]

J'abandonne aux corbeaux la moitié de moi-même,

Et que l'injuste arrêt qu'on nous a rapporté

Jusqu'au repos des morts porte sa cruauté ?

Peut-être que déjà Polynice m'accuse

De lui rendre si tard l'honneur qu'on lui refuse : [920]

S'il ne l'a pas, j'ai tort ; s'il l'a, j'ai tort aussi,

Car c'est à mon devoir qu'appartient ce souci ;

C'est pour ce triste soin, dont mon devoir me presse,

Que je me suis soustraite aux troupes de la Grèce,

Qui, le siège levé par un honteux départ, [925]

Souffre cette injustice et n'y prend point de part.


Ménette

Pour ne nous pas tromper ne prenons autre voie

Que celle des oiseaux qui vont à cette proie :