Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/73

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Peut-être que le temps vous ôterait l'envie

Ou l'assurance au moins de nous ôter le vie :

La murmure du peuple irait jusques à vous,

Et pourrait désarmer votre injuste courroux ;

Car enfin si le ciel ne lui fermait la bouche, [1230]

Vous sauriez à quel point le procédé le touche.

Mais d'abord un tyran fait tout ce qu'il lui plaît ;

On souffre avec respect, on voit, mais on se tait.


Créon

Et toi seule entre tous n'as pu voir sans te plaindre ?


Antigone

Tous tremblent, tous ont peur ; moi, je n'ai rien à craindre. [1235]


Créon

Au moins dois-tu rougir d'avoir osé plus qu'eux.


Antigone

Qui fait honneur aux morts ne fait rien de honteux.


Créon

Un mort qui fut des siens le mortel adversaire !


Antigone

Il fut ce qui vous plaît, mais il était mon frère.


Créon

Qui les armes en main a son frère assailli ! [1240]


Argie

Il est vrai, mais son frère a le premier failli.


Créon

Il tint notre parti, l'autre tint le contraire.


Argie

La couronne à tous deux était héréditaire :

L'un suivit sa fureur, mais l'autre l'embrasa ;

Si l'un vous assaillit, l'autre vous exposa. [1245]


Créon