Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/75

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Non, non, trop de frayeur s'empara de son sein ;

Elle a le cœur trop bas pour un si haut dessein. [1265]


Ismène

Je vous l'ai conseillé ; j'en pressai l'entreprise.


Antigone

Tout au contraire, Sire ; Elle m'en a reprise.


Ismène

Oui, pour vous éprouver ; mais je suivais vos pas.


Antigone

Elle était trop timide, elle ne sortit pas.


Ismène

Prisez-vous à tel point votre triste fortune, [1270]

Que vous ayez regret qu'elle me soit commune ?


Antigone

J'ai seule aimé mon frère ; il n'appelle que moi.


Ismène

J'eusse à votre défaut entrepris cet emploi.


Antigone

Je servirai de cœur et non pas de parole ;

L'un produit des effets, les autres sont frivoles. [1275]


Ismène

Ma sœur, au nom des dieux, ne me déniez pas

La gloire de vous suivre en un si beau trépas.


Antigone

Non, non, ne prenez part à rien qui m'appartienne :

L'ouvrage fut tout mien, la mort toute mienne.


Ismène