Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/77

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


Viens ici, cher Hémon, et par cet entretien

Apprends le jugement que l'on y fait du tien.


Ismène

Voudriez-vous ruiner une amitié si forte ?


Créon

Forte ou non, s'il l'épouse il l'épousera morte.


Ismène

Si le ciel n'est injuste, il vengera sa mort. [1300]


Créon

Profite de sa perte, et crains un même sort.


Ismène

Non, non, ne croyez pas que votre tyrannie

Ni m'empêche la voix, ni demeure impunie ;

Les dieux ne sont pas dieux si bientôt leur courroux

Ne prend notre intérêt et n'éclate sur vous. [1305]


Créon

Allez, ôtez d'ici ces objets de ma haine ;

Qu'en la tour du palais toutes deux on les mène :

Veillez-les avec soin, que tout vous soit suspect ;

Mais que l'on traite Argie avec plus de respect,

Dedans une autre chambre, avec garde fidèle, [1310]

Cependant qu'au conseil on ordonnera d'elle ;

Car, ne relevant pas de mon autorité,

Le crime qu'elle a fait est d'autre qualité.


On emmène Antigone, Ismène et Argie.