Page:Jean de Rotrou-Oeuvres Vol.4-1820.djvu/90

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée



Scène V


Les mêmes

Tyrésie, précédé par un guide

Cléodamas



Cléodomas

Voici le vieux devin de qui tant de miracles [1565]

En ce fatal empire ont suivi les oracles.


Ephise

C'est Tyrésie. Ô ciel ! Sois lassé de nos pleurs,

Et nous apprends par lui la fin de nos malheurs.


Tyrésie

La lumière d'un seul sert à eux que nous sommes :

C'est aux hommes aussi à conduire les hommes. [1570]


Créon

Que nous apprendrez-vous, bon vieillard qui sans yeux

Lisez si clairement dans le secret des dieux ?


Tyrésie

Un avis qui regarde et vous et votre empire.

Mais pesez mûrement ce que je viens de dire.


Créon

J'ai toujours obéi, vous toujours ordonné. [1575]


Tyrésie

C'est l'unique secret qui vous a couronné.


Créon

Aussi vous consulté-je en tout ce qui me touche,

Assuré que les dieux parlent par votre bouche.


Tyrésie