Page:Joanne, Géographie de l’Isère, 1876.djvu/16

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.
13
COURS D’EAU.

L’Amby reçoit le déversoir du petit lac d’Hières.

La Bourbre (80 kilomètres) vient des Terres-Froides. Elle arrose Virieu, la Tour-du-Pin, Cessieu où tombe l’Hien, Bourgoin, reçoit l’Agny, passe près de la Verpillière et gagne le Rhône à 2 kilomètres au-dessus du confluent de l’Ain, après avoir fait marcher un très-grand nombre d’usines, notamment celles du Pont-de-Chéruy. La Bourbre, au-dessous de Bourgoin, traverse de larges prairies tourbeuses, et absorbe, par un canal, l’excès d’eau du marais des Vernes.

Le ruisseau de Meyzieu, formé au pied des Balmes Viennoises par un nombre prodigieux de fontaines, est d’une fraîcheur et d’une limpidité extrêmes. Son affluent, le ruisseau de Pusignan, naît aussi de sources abondantes à la base des mêmes Balmes.

L’Ozon, venu des environs d’Heyrieu, passe devant Saint--Symphorien-d’Ozon.

La rivière de Levau commence son cours sous le nom de Seveines : elle passe dans un faubourg de Vienne.

La Gère n’a pas plus de 40 kilomètres de longueur, mais c’est une des rivières industrielles les plus remarquables de la France. Ce cours d’eau limpide, lorsqu’il arrive à Vienne, a reçu la Varèze, la Vésonne, la Suze, la Véga, ou rivière de Septême, née d’une source très-abondante.

La Varèze, un peu plus longue que la Gère, mais bien moins importante, a son embouchure à Saint-Alban.

Le Dolon, rivière de la Valloire (40 kilomètres), gagne le fleuve tout près de la limite du département.


Les Claires ou Collières sont formées, dans le département de la Drôme, par des sources qui proviennent des infiltrations de la Valloire. Ces eaux rejaillissent une première fois par la Veuze (Drôme) et par l’Auron, qui appartient en partie à l’Isère. L’Auron, ou Oron, naît à côté de la ligne de Saint-Rambert à Grenoble, à la base de la colline de Beaufort (370 mètres), de sources très-nombreuses, abondantes et limpides, jaillissant dans 120 hectares de marais ; il arrose, avec le Suzon,