Page:Jodelle - Les Œuvres et Meslanges poétiques, t. 1, éd. Marty-Laveaux, 1868.djvu/177

La bibliothèque libre.
Cette page n’a pas encore été corrigée


Antistrophe.
Orgueil, qui met en poudre
Le rocher trop hautain,
Orgueil pour qui le foudre
Arma des Dieux la main,
Et qui vient pour salaire
Luymesme se deffaire.

Strophe.
A qui ne sont cogneuës
Les races du Soleil,
Qui affrontoyent aux nuës
Un superbe appareil,
Et montagnes portees
L’une sus l’autre entees ?

Antistrophe.
La tombante tempeste,
Adversaire à l’orgueil,
Escarbouilla leur teste,
Qui tropuva son recueil
Apres la mort amere
Au ventre de sa mere.

Strophe.
Qui ne cognoist le sage
Qui trop audacieux,
Pilla du feu l’usage
Au chariot des ieux,
Cherchant par arrogance
Sa propre repentance ?

Antistrophe.
Qu’on le vo