Page:Jodelle - Les Œuvres et Meslanges poétiques, t. 1, éd. Marty-Laveaux, 1868.djvu/193

La bibliothèque libre.
Cette page n’a pas encore été corrigée


SELEUQUE.
Que sert ma faute, ou bien mon innocence ?

LE CHŒUR.
Mais dy le nous, dy, il ne nuira rien.

SELEUQUE.
Dit, il n’apporte à la ville aucun bien.

LE CHŒUR.
Mais tant y a que tu as gaigné l’huis.

SELEUQUE.
Mais tant y a que ja puni j’en suis

LE CHŒUR.
Estant puni, en es-tu du tout quitte ?

SELEUQUE.
Estant puni, plus fort je me dépite,
Et ja dans moy je sens une furie,
Me menassant que telle fascherie
Poindra sans fin mon ame furieuse,
Lors que la Roine, et triste et courageuse,
Devant Cesar aux cheveux m’a tiré,
Et de son poing mon visage empiré :
Si elle m’eust fait mort en terre gesir,
Elle eust preveu à mon present desir,
Veu que la mort n’eust point esté tant dure
Que l’eternelle et mordante pointure,
Qui ja desja jusques au fond me blesse
D’avoir blessé ma Roine et ma ma