Page:Joseph Anglade - Grammaire élémentaire de l'ancien français.djvu/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


sous l’influence de épouser. Nous, vous, employés surtout comme atones, ne sont pas devenus neus, veus. Lọpus, lọpa (lat. cl. lupus, lupa) ont donné loup, louve, mais la forme leu a existé[1].

Dans les mots d’emprunt n’a pas subi de changement : dévot, noble, etc.

Tout provient d’une forme tọttum pour tọtum et l’o y est entravé ; cf. ci-dessous.


O fermé tonique + nasale donne la voyelle nasalisée on.

Ex. : leọnem > lion; pavọnem > pa-on, paon; pipiọ-nem > pigeon ; latrọnem > larron ; mansiọnem > maison ; dọnat > donne (prononcé à l’origine don-ne) ; corọna > couronne (couron-ne); *pọmam > pomme (pon-me).


O fermé entravé (ordinairement ŭ en latin classique) donne ou, écrit au début de la langue o et ou.

Ex. : *tọttum (pour tọtum) > tout ; cọppam (lat. cl. cuppam) > coupe ; rọbium (lat. cl. rubeum) > rouge ; gọttam > goutte ; rọptam (ruptam, sous-entendu viam) > route ; pọllam (pullam) > poule ; diọrnum (diurnum, de diu) > jour ; fọrnum (furnum) > four, etc.

Gọrgam (gŭrgam) aurait dû donner gourge et non gorge, avec o ouvert ; de même *mọttum (*mŭttum) mout et non mot. Nọptiae (nŭptiae) était devenu sans doute nǫptiae en latin vulgaire (influence de nọvus ?) et a donné noces. Medŭlla est devenu modella par changement de suffixe dû à une métathèse des voyelles e, ŭ () et a donné mo-elle, moelle (prononcé mwal).


O fermé entravé suivi d’une nasale donne on. Ondam

  1. Elle existe encore dans l’expression : à la queue leu leu, c’est-à-dire à la queue le leu, à la queue du loup ; cf., en Normandie, les noms de lieu Pisseleu, Saint-Leu, Chanteleu.