Page:Joseph Bonjean - Monographie de la pomme de terre, 1846.djvu/5

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.






Jamais aucune question n’a plus sérieusement occupé l’attention générale, que la maladie dont les pommes de terre ont été frappées en 1845 ; jamais aucun des fléaux, qui de temps à autre déciment la pauvre humanité, n’a plus vivement exercé l’esprit et la verve des savants de tous pays ; jamais enfin aucun sujet n’a inspiré plus d’intérêt et de sollicitude aux chimistes, aux médecins, aux agriculteurs, aux botanistes, aux cultivateurs, aux micrographes, aux Académies, aux Sociétés savantes et aux Gouvernements eux-mêmes. Beaucoup de personnes ont parlé à ce sujet, mais la lumière est venue d’un