Page:Joseph Reinach - Histoire de l’Affaire Dreyfus, La Revue Blanche, 1901, Tome 1.djvu/406

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE X

LE PROCÈS

I

Le procès commença, le mercredi 19 décembre, à l’hôtel du Cherche-Midi.

Le tribunal s’élève, de l’autre côté de la rue du même nom, en face de la prison. C’est un ancien couvent du Bon-Pasteur, construit en 1646 par dame Madeleine de Courbé, protestante convertie au catholicisme, sur un terrain donné à elle par Louis XIV et confisqué d’un protestant.

Ce palais de la justice militaire est triste sous la patine du temps, et plus vulgaire que sombre. Deux bâtisses, crépies de neuf, où siègent les parquets des conseils de guerre, flanquent le vieil édifice, qui a gardé son air de couvent. D’innombrables iniquités se sont déroulées au milieu de l’appareil et de la majesté de la Justice. Ici, cette majesté et cet appareil même font défaut.

La chambre du conseil est haute de plafond, nue et sombre, mal éclairée par quatre grandes baies, qui donnent sur des dépendances de la prison.

Des sept officiers appelés à juger un officier d’artillerie, aucun n’est artilleur. Le colonel Maurel, le