Page:Journal (Lenéru, 1945).pdf/33

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée
33
ANNÉE 1887

Mercredi 1er juin.

Je suis bien ennuyée, car nous ne serons pas con?rmées. Monseigneur est très, très malade, mais nous espérons que nous le serons vers la fin de l’année, sans cela, il faudrait attendre 2 ans, et c’est bien long. D’un autre côté, je n’en serais pas fâchée, si ce n’était la maladie de Monseigneur qui y mettait obstacle, car je ne me trouve pas assez sérieuse et assez instruite de ce sacrement, car malgré ce que j’en ai lu, je n’ai pas suivi le catéchisme, et je me suis surtout occupée de la communion.

Hier, c’était l’examen ; j’y suis allée, mais je n’ai vu ni Gabrielle, ni Mathilde ; j’espère qu’elles ne sont pas malades; Monsieur le Curé nous a interrogées deux par deux; la petite fille qui était en même temps que moi et qui était de 38 communion, a dit qu’il y avait 5 dieux, et a longtemps cherché avant de dire que c’était le baptême qui effaçait le péché originel. Je ne pouvais que bien passer, les questions sont si faciles.

Tonton Albert va me donner des leçons d’arithmétique tous les mercredis. Nous commencerons donc aujourd’hui ; la leçon sera Sur les fractions. Depuis lundi, je descends tous les jours à 9 heures pour aider Henriette à apprendre ses leçons, mais ce n’est pas bien régulier, car Tante étant couchée à cause de son vaccin, ne peut les lui faire réciter.

Il fait un temps superbe.

jeudi 2 juin1.

À deux heures, aujourd’hui, j’aurai donc 12 ans. Je veux commencer cette nouvelle année par plus d’application à me corriger de mes défauts et de régularité dans mon journal ; c’est aussi dans l’année de mes douze ans que je serai confirmée. Je veux donc bien me préparer à ce grand acte, car c’est un sacrement qu’on ne reçoit qu’une fois et qui imprime dans l’âme une marque ineffaçable; je ferai encore ma deuxième

En marge : 12 ans. Ajouté postérieurement.