Page:Journal de l’agriculture, du commerce et des finances - septembre 1765 - T2 - Part 1.djvu/53

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


ce qu’il est reconnu avec évidence par les lumieres de la raison, et que par cette évidence seule, il est obligatoire indépendamment d’aucune contrainte ; au lieu que le droit légitime indiqué par la loi, est obligatoire par la contrainte que porte la sanction de cette loi, quand même nous ne la connoîtrions que par la simple indication énoncée dans la loi

Par ces différentes conditions on voit toute l’étendue du droit naturel, et ce qui le distingue du droit légitime.

Souvent le droit légitime restreint le droit naturel, parce que les loix des hommes ne sont pas aussi parfaites que les loix de l’Auteur de la nature, et parce que les loix humaines sont quelquefois surprises par des motifs dont la raison éclairée ne reconnoît pas toujours la justice ; ce qui oblige ensuite la sagesse des Législateurs d’abroger des loix qu’ils ont faites eux-mêmes. La multitude de loix