Page:Julien Delaite - Essai de grammaire wallonne - Le verbe wallon, 1892 (partie 1) et 1895 (partie 2).djvu/124

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
— 28 —

Mais on dira cependant : dè l’ cûte aiwe, de l’eau cuite, des cassêyès botèyes, des bouteilles cassées, parce que ces participes passés fonctionnent ici comme adjectifs qualificatifs.

2º Lorsque l’adjectif indique la nationalité.

Ex. : Ine air ligeois. Un air liégeois. On piote hollandais. Un fantassin hollandais. On baron russe. Un baron russe.

Mais, pour indiquer la provenance, le wallon préfère employer le nom du pays précédé de la préposition :

Ex. : On sôdârd di Prûsse. Un soldat prussien. Dè vinaigue di France. Du vinaigre français.

3º Enfin, lorsque le wallon accepte telles quelles et introduit dans l’usage certaines locutions françaises :

Ex. : Consèye communal. Conseil communal. Consèiller provinciâl. Conseiller provincial.

2 Féminin des adjectifs qualificatifs.

La formation du féminin des adjectifs qualificatifs wallons est compliquée. Nous rangerons ces adjectifs en plusieurs catégories formant leur féminin d’une façon caractéristique et dont la dernière contiendra, les cas les plus difficiles.

I. — Adjectifs à terminaisons de participe passé.

Cette catégorie comprend tous les participes passés employés adjectivement et les adjectifs qualificatifs dont la terminaison est la même que celle des participes passés.

Le féminin de ces adjectifs est analogue au féminin des participes correspondants[1].

  1. Voir la première partie de notre essai de grammaire wallonne : le Verbe wallon, p. 73.