Page:Kant - Anthropologie.djvu/26

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


eudémonistes, en un mot, sont donc des égoïstes pratiques.

À l'égoisme peut seul être opposé le pluralisme, c'est-à-dire la façon de penser qui ne se concentre pas en soi-même comme si l’on était tout l'univers, mais au contraire qui consiste à se regarder et à se conduire comme un simple citoyen du monde. — Assez sur ce sujet en ce qui regarde l'anthropologie. Pour ce qui est des notions métaphysiques relatives à cette matière, elles sont complètement en dehors de la science qui nous occupe. La question de savoir, par exemple, si moi, comme être pensant, je dois admettre en dehors de mon existence celle d'un tout composé d'autres êtres en rapport avec moi (tout qu'on appelle monde), cette question, disons-nous, n'appartient pas à l'anthropologie, elle est du ressort de la métaphysique seule.


OBSERVATIONS.
De la forme du langage égoïste.


Dans nos temps modernes, le souverain qui s'adresse au peuple parle ordinairement de sa personne au pluriel ( Nous, N., par la grâce de Dieu, etc.). Il s'agirait de savoir si le sens de ce nous n'est pas plutôt égoïste, c'est-à-dire s'il n'indique pas plus particulièrement un pouvoir absolu, personnel, et s'il ne signifie pas au fond la même chose que ce que dit le roi d'Espagne par son io el rey (moi le roi). Il semble