Page:Karl Rensch, Dictionnaire wallisien-français (1984) OCR 1.djvu/7

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


penser que Fabre avait eu en main une copie des premiers jets du dictionnaire de Bataillon datant de 1840.

Il convient de mentionner également une troisième source datant du 19ème siècle. Il s'agit du dictionnaire Latin-Uvea publié par l'ordre mariste et utilisé au séminaire de Lano à Wallis. Ce séminaire était alors le centre de la formation des prêtres pour les îles Tonga, Samoa, Wallis et Futuna. L'objet principal de ce dictionnaire était de fournir un outil de travail pour l'étude des textes religieux en latin. Le dictionnaire peut être considéré comme un des premiers efforts de planification linguistique. Il est plein de mots latins translittérés, lat. ursa par exemple devient ulusa (manu fekai fafine). Mais la plus grande partie de ces créations ne s'intégrait jamais à la langue vivante. Je n'ai inclus dans le dictionnaire que les formes qui sont connues et utilisée de nos jours par la population actuelle.

Enfin il convient de souligner l'existence d'un dictionnaire anonyme datant du début du siècle. Le dictionnaire existe seulement sous une forme manuscrite et je suppose que l'auteur en était le docteur Viala, administrateur résidant à Wallis. Viala se base principalement sur Bataillon. Il est fort probable qu'il a eu accès à une copie du manuscrit de Bataillon pendant qu'il était à Wallis. Une copie en microfilm de ce dictionnaire se trouve à la bibliothèque de la Commission du Pacifique Sud à Nouméa.

D'autres sources d'une origine plus récente que celles-là furent vérifiées. Il s'agit d'abord du « Bulletin d'Information » qui fut publié à intervalles irréguliers dans les années 1960, certaines fois en wallisien et en français, ensuite du « Elikihi », une circulaire publiée par la mission catholique pendant la même époque et finalement des journaux wallisiens « Malamanei » et « Fetu'u Aho » qui sont publiés tous les quinze jours à Nouméa. Ces journaux s'avèrent être une source prolifiques de néologismes.

Enfin il est de bon ton d'ajouter que j'ai recueilli les données pour ce dictionnaire pendant quatre périodes sur le terrain. Mon approche a été de compiler les informations de façon systématique par champs sémantiques, i.e. en recueillant tous les mots ayant trait à des domaines et activités particuliers, e.g. pêche, agriculture, construction de maison, maladies, vie familiale, etc.