Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/144

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Heureuses encore une fois les oreilles qui n’entendent point le bruit du dehors, & à qui la verité increée se fait entendre au dedans !

Heureux les yeux qui sont fermez aux choses sensibles ; & ouverts aux spirituelles !

Heureux l’homme qui est capable de concevoir les choses de Dieu, qui se donne tout entier aux exercices de la vie interieure, & qui employe toute son étude à comprendre de plus en plus les secrets du Ciel !

Heureux celui qui tout occupé de Dieu, se délivre des vains embarras du monde !

O mon ame, considerez bien tout cela, & fermez les portes de vos sens, afin que recüeillie en vous-même, vous puissiez entendre ce que l’Esprit Saint a à vous dire. Voici ce qu’il dit.

Le Maître.

Je suis vôtre salut[1], vôtre consolation, & vôtre vie.

Attachez-vous auprès de moi, & vous serez en repos. Dépoüillez-vous des biens temporels, & gagnez ceux de l’éternité.

Que sont les biens temporels, que des biens imaginaires ? quel avantage pouvez-vous attendre de toutes les créatures, si le Créateur vous abandonne ?

Renoncez donc à toues les choses

  1. Psal. 21. 3.