Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/205

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

maniere irreprehensible, sans se plaindre de personne, avec tant de simplicité & d’humilité, dans un si grand éloignement de toute sorte de tromperie & de malice, qu’il ne paroissoient jamais plus gais, que lorsqu’ils étoient le plus maltraitez pour vôtre Nom[1]. embrassant toûjours ce que le monde avoit le plus en horreur.

Quiconque donc a un vrai amour pour vous, & une vraye reconnoissance de vos bienfaits, ne doit rien avoir tant à cœur, que l’execution de vos volontez, & des desseins de vôtre Providence sur lui.

C’est ce qui doit faire toute sa joye, en sorte qu’il se trouve également bien dans la premiere place, & dans la derniere ; qu’il se plaise autant à être le plus grand de tous ; & qu’enfin il soit aussi aise de se voir dans le mépris, sans nom, sans reputation, que si tout le monde avoit de l’estime & de la veneration pour lui.

Car après tout, l’accomplissement de vôtre sainte volonté, & la consideration de vôtre plus grande gloire doivent l’emporter sur tout le reste : c’est ce qui le doit réjouir davantage que tous les dons qu’il a reçûs, ou qu’il espere recevoir de vous.

  1. Act. 5. 41.