Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/225

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Car vôtre unique consolation doit être, que je vous afflige sans vous épargner[1].

Je vous aime de la maniere que mon Pere m’a aimé[2]. C’est ce que je disois autrefois à mes Disciples, en les envoyant, non pour amasser des richesses, mais pour soûtenir de rųdes combats : non pour acquérir de la gloire, mais pour vivre dans le mépris ; non pour ne rien faire, mais pour endurer de grands travaux ; non pour se reposer, mais pour produire beaucoup de fruit par leur longue & genereuse patience.

Mettez-vous bien ces paroles dans l’esprit, & ne les oubliez jamais.


CHAPITRE XXXI.
Qu’il faut mépriser les créatures, pour jouir du Créateur.
Le Disciple.

SEigneur, j’ai extrêmement besoin d’un secours extraordinaire, s’il faut que j’arrive à un état où je sois libre de toute attache aux créatures.

Car tandis que quelque chose m’arrête & me retient ici-bas, il m’est impossible de voler jusques à vous.

Vôtre saint Prophéte desiroit avec ardeur de pouvoir s’élever de terre, quand il s’écrioit : Qui me donnera les aîles de la colombe, afin que je

  1. Joa. 6. 10.
  2. Joan. 15. 9.