Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/296

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

velles visites, sur le modele de Dieu même.


CHAPITRE LV.
De la corruption de la nature, & de l’efficace de la grace.
Le Disciple.

SEigneur, qui m’avez créé à vôtre image & à vôtre ressemblance, communiquez-moi vôtre grace, qui, comme vous me l’avez fait voir, est un don si excellent & si necessaire pour mon salut, afin que je dompte cette nature corrompuë qui me porte toûjours au mal, & qui ne peut que m’engager dans la perdition.

Je sens effectivement dans ma chair la loi du peché, qui repugne à la loi de mon esprit[1], & qui m’oblige presque malgré moi, de suivre le mouvement de la sensualité en beaucoup de choses.

Ainsi il m’est impossible de resister à la violence de mes passions, si vôtre grace ne vient dans mon cœur pour le fortifier.

J’ai besoin d’un puissant secours pour réduire une nature rebelle, qui dès le commencement a été portée au mal[2].

Car ayant perdu son innocence dans Adam, & tous les enfans d’Adam ayant eu part à la désobéissance de leur pere, la peine de ce peché est devenue commune à tous les hommes. Ainsi quand on parle mainte-

  1. Rom. 7. 23.
  2. Gen. 8. 21.