Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/320

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

boit mon Sang, demeure en moi, & je demeure en lui[1].

Les paroles que je vous ai dites, sont esprit & vie[2].


CHAPITRE I.
Avec quelle reverence il faut recevoir Jesus-Christ ?

O Mon Sauveur, ô Verité éternelle, toutes ces paroles sont de vous, quoiqu’elles n’ayent pas été dites dans le même-tems, ni écrites dans le même lieu.

Comme donc elles sont de vous, & par consequent véritables, je suis obligé de les recevoir toutes avec foi, & avec actions de graces.

Ce sont vos paroles, puisque c’est vous qui les avez dites : mais elles sont véritablement à moi, puisque c’est pour mon instruction & pour mon salut que vous les avez prononcées.

Je les reçois volontiers, comme venant de votre bouche, afin qu’il vous plaise me les graver dans le cœur.

Des paroles si tendres, & qui marquent tant de bonté, m’encouragent d’une part : de l’autre mes ingratitudes m’effrayent, & ma mauvaise conscience ne me permet pas de m’approcher de vos saints Mystéres.

Une invitation si douce m’attire : mais le poids de mes pechez & de mes vices qui sont innombrables, me retient.

  1. Joan. 6. 57.
  2. Ibid. v. 94.