Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/321

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

Vous desirez que je m’approche de vous avec confiance, si je veux participer à vos dons : vous me commandez de manger ce Pain divin, si je veux vivre à jamais, & obtenir la gloire éternelle.

Venez à moi, dites-vous, venez vous tous, qui étes accablez de peines, & je vous soulagerai[1].

O parole vraiment consolante pour un pecheur pauvre & miserable, que vous invitez à la Communion de vôtre Corps & de vôtre Sang !

Mais qui suis-je, ô mon Seigneur, & mon Dieu, qui suis-je pour oser me présenter devant vous ?

La vaste étenduë des Cieux ne sçauroit vous contenir[2] ; & vous dites : Venez à moi.

D’où vient cet excès de charité ? comment daignez-vous ainsi m’appeller & me souffrir auprès de vous.

De quel front paroîtrai-je en vôtre présence, moi qui ne me sens aucun mérite pour prétendre à cet honneur ?

Comment oserai-je vous recevoir dans mon sein, moi qui à vos yeux ai commis tant de crimes si énormes ?

Les Anges & les Archanges vous reverent, les Justes & les Saints vous craignent ; & vous dites cependant : Venez tous à moi.

  1. Matt. 11. 28.
  2. 3. Reg. 8. 27.