Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/350

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

expier tant de crimes, que de les pleurer, que de les confesser humblement, que de vous en demander continuellement pardon ?

Me voilà, Seigneur, à vos pieds ; écoutez mes gemissemens, faites-moi miséricorde.

Car j’ai un extrême regret de vous avoir offensé, & je suis bien résolu de ne vous offenser jamais. Je déteste mes ingratitudes, & je les détesterai tant que je vivrai. Je suis prêt à vous en venger sur moi-même, & à vous en faire une satisfaction convenable.

Pardonnez-moi mes égaremens, pardonnez-les moi, ô mon Dieu, pour l’honneur de votre saint Nom : sauvez cette ame, que vous avez rachetée au prix même de vôtre Sang.

Je m’abandonne à vôtre misericorde ; je me jette entre vos bras.

Traitez-moi selon que votre bonté le demande, & non selon que mes iniquitez le méritent.

Je vous offre aussi le peu que j’ai fait de bonnes œuvres ; si j’ai quelque chose de bien, je vous supplie de l’agréer, de corriger ce que vous y trouverez de défectueux, & de lui donner la derniere perfection. N’abandonnez pas un serviteur paresseux & inutile ; quelque coupable, quelque abject qu’il soit, faites-lui la grace de le conduire à une sainte & heureuse fin.