Page:Kempis - De l’Imitation de Jésus-Christ, traduction Brignon, Bruyset, 1718.djvu/374

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


CHAPITRE XVI.
Que nous devons répresenter nos besoins à nôtre-Seigneur, & le prier de nous assister.
Le Disciple.

O Très-doux & très-aimable Sauveur que je désire aujourd’hui de recevoir avec devotion, vous n’ignorez pas mes miseres, ni le besoin où je suis. Vous sçavez à combien d’infirmitez je suis sujet, & qu’à toute heure je me trouve accablé de peines, combattu de tentations, agité de soins, & qui pis est, soüillé de pechez.

Je viens à vous, comme à mon unique ressource, pour vous demander quelque soulagement, & quelque remede à mes maux.

Je parle à celui qui connoît tout, qui voit jusques au fond de mon cœur, & qui seul est toute ma joye & toute ma force.

Vous sçavez qu’il n’y a personne plus destitué de vertu, ni plus dénué de tout bien que moi.

Je suis ici devant vous, comme un pauvre, qui vous tend la main, & qui vous prie d’avoir compassion de sa misere.

Pour appaiser ma faim, donnez-moi le Pain de Vie ; pour corriger ma tiédeur, embrasez-moi de vôtre amour ; pour guérir mon aveuglement, éclairez-moi des rayons de vôtre visage.