Page:Keralio - collection des meilleurs ouvrages francois composes par des femmes tome 3.djvu/140

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


toujours en mouvement, et il est très-difficile que ceux même qui sont à l’instant d’en toucher le seuil, ne soient trompés dans leur attente et renversés dans la mer. Tel est le tableau de la porte principale :

     Sur son portail assise. . . . .
     Dame Richesse en une chayere : (chaire)
     Sy emperlée et sy dorée,
     Et sy très richement parée,
     Que tout le lieu resplandissoit,
     De la grant clarté qui yssoit,
     Des joyaux qui sur elle etoyent,
     Qui moult grant finance valloyent.
     Une coronne ot en son chief ;
     Mais jamais ne viendroye à chief
     De raconter son très grand pris,
     Tout en reluysoit le pourpris.
     Emaux, affiches (épingles) et fermaux,
     Qui garissent de tous maux,
     Auoit dame Richesse assés,
     Dessus elle a tas amassés.
     Ne humble ne piteuse maniere,
     Mais orgueilleuse de maniere,
     Et de fait, d’humeur sy haultaine,
     Que à nul daignant parler à peine,
     Là sembloit plus roide que un fust.
               (un morceau de bois.)
     Mais ne cuidiez que seule fust.
     Ains étoit bien accompagnée,
     Et scaués de quelle maisgnée.
     Ce n’estoient mie garçons,
     Ne villains que cueillent moiçons,
     Se ils n’y auoient esté mis,
     Par l’aide d’aulcuns bons amis ;