Page:Kipling - Au hasard de la vie, trad. Varlet, 1928.djvu/128

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.

dès le début, ils me répondirent qu’ils avaient craint de perdre leur récompense pour m’avoir donné des nouvelles du sanglier.

Avant de partir je fis de mon mieux pour mettre le feu au carré, mais l’herbe était trop verte. Quelque beau jour d’été néanmoins, si le vent est favorable, une torche de vieux journaux et une boîte d’allumettes éclairciront le mystère du Puits-qui-gazouille.