Page:Kipling - Du cran.djvu/104

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


verdict. Mais j’ai bon espoir. Vous y avez la main, et de deviner que j’étais cuisinier montre que vous avez l’instingue. Si vous avez le Tour — remarquez-le, je ne fais que dire si — mais si vous avez quelque chose comme le Tour de Main Inné, vous êtes pourvu pour le reste de vos jours. Et en outre — ne la penchez pas par là ! — vous avez vos voisins, amis et patrons dans votre poche.

— Qu’est-ce que vous voulez dire ? demanda William absorbé par son œuf.

— Tout ce qu’est un homme dépend de ce qu’il se met dans le coffre, fut-il répondu. Un bon cuisinier est un véritable Roi — sans compter qu’il est terriblement bien dans ses affaires s’il ne boit pas. C’est la seule affaire sûre sur la surface du globe. Et j’en ai, moi qui vous parle, fait le tour huit fois dans la marine marchande avant d’épouser la seconde Mistress Marsh. »

William, que la poêle intéressait plus que les mariages de Mr. Marsh, ne répliqua pas.

« Oui, un bon cuisinier, poursuivit Mr. Marsh en manière de réminiscence, même sur la ration du Ministère du Commerce, a amené plus d’un