Page:Kipling - Du cran.djvu/141

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


famille — culèrent sur l’aéroplane et le remorquèrent jusqu’à une île.

— Parfait, dit Jerry Marlett, le Lieutenant Commandant consommé. Je commençais à nourrir des craintes au sujet du bien de Sa Majesté. Baxter doit avoir eu une façon à lui. Un slip n’est pas un uniforme, mais c’est bougrement confortable. Et comment Tous mes Pelungaliens les traitèrent-ils ?

— Bi-ien ! dit Duckett, écrivait Baxter au pays à sa famille, tellement que j’espère qu’il gaza un brin les choses ; mais, en lisant entre les lignes, cela a tout l’air comme si… et c’est pourquoi mon Enseigne demande à entrer dans l’Aviation, cela va sans dire ! — Cela a tout l’air comme si, à partir de ce moment-là, ils n’avaient vécu que de ce qu’on peut appeler des pique-niques du Jardin d’Éden durant des semaines et des semaines. Les indigènes les mirent sous soi-disant une garde rien que pour l’apparence, pendant que l’on envoyait la nouvelle au Chef ; mais, autant que j’ai pu en juger d’après les souvenirs qu’a gardés mon Enseigne des lettres de Baxter, leur garde consistait en toute la population mâle et femelle entrant dans l’eau se bai-