Page:Kipling - Du cran.djvu/142

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


gner avec eux deux fois par jour. Le soir il y avait concert — chansons indigènes contre chansons de music-hall — en comment appelez-vous ça ? Anti-quelque chose, ’Phone, n’est-ce pas ? alterné.

— C’est une race musicienne ! Je suis content qu’il ait saisi ce côté-là de leur nature, murmura Jerry.

— Je suis jaloux, protesta Duckett. Pourquoi le Corps d’Aviation aurait-il tous les raisins ? Mais Baxter n’oublia pas l’aéroplane de Sa Majesté. Il se le fit remorquer par eux jusqu’à son île de délices, et le soir, lui et son observateur, dans les entr’actes musicaux, donnaient aux femmes des secousses électriques avec le sans fil. Et, une fois, il dit à son observateur de leur montrer ses fausses dents, et à peine les avait-il retirées que voilà toute la population qui s’éclipse.

— Mais c’est du Rider Haggard. C’est dans King Solomon’s Mines, remarqua L’Éteignoir.

— Il se peut que ce soit cela qui lui ait donné l’idée de la chose, alors, dit Duckett. Ou encore, insinua-t-il prudemment, Baxter voulait-il lou-