Page:Kipling - Du cran.djvu/96

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


les apprécier. Il allait réparer cette erreur ; et avec d’autant moins de danger que La Crevette serait dehors tout ce jour-là avec la Troupe à courir le pays au regard de l’histoire naturelle, et que sa place de Gardien du Camp et de Grand Prévôt serait remplie par le placide et facile Morse, de son véritable nom Carpenter, qui ne courait pas après les insignes, mais ne pouvait voir un lapin sans galoper sur sa trace. Et le propriétaire du Parc avait donné pleine liberté aux Pélicans d’occire par tous les moyens, sauf le fusil, tous les lapins qu’ils pourraient. Aussi William chercha-t-il à s’insinuer dans les bonnes grâces de son Officier Supérieur aussitôt les Pélicans partis…

Non, l’excellent Carpenter ne voyait pas qu’il eût besoin de William auprès de lui toute la journée. Il pouvait se tirer des pattes, lui et son pied meurtri, à peu près où bon lui semblait. Il s’en alla, et cet esprit aussi nouveau qu’actif en lui, dont il ne se rendait pas compte, l’accompagna — droit dans le sentier du devoir, lequel, nous dit la poésie, est aussi souvent le chemin de la gloire.

Il commença par se nettoyer, lui et son équi-