Page:Kipling - Du cran.djvu/98

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


le front, car à l’instar de William il transpirait aisément. Lorsqu’il se retourna William était parti. Les Cinémas lui avaient appris, sans qu’il s’en rendit compte, la valeur de l’effet théâtral. Il continua à épier Mr. Marsh par la fente de la porte dérobée — c’était la petite porte en bois à l’extrémité du droit de passage à travers le Parc — et lorsqu’une heure environ plus tard, Mr. Marsh sortit de sa boutique et se dirigea vers elle, William fit retraite à reculons dans la haute fougère et les ronces. La manœuvre eût réjoui le cœur de Mr. Hale, car en général William se déplaçait comme un éléphant avec son petit. Il rentra, tout à fait par hasard, quand Mr. Marsh se fut resoufflé son chemin dans le camp vide. Carpenter était dehors à la poursuite des lapins, la poche pleine de beau fil de fer à tableaux. C’était la première fois que William eût jamais l’ait les honneurs d’un établissement. Il se mit au garde à vous et sourit.

« Soit ! Soit ! (Mr. Marsh fit un signe de tête amical.) Qu’est-ce que vous êtes, vous ?

— Garde de Camp, répondit William, en improvisant pour la première fois de sa vie. Est-