Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/166

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




Amélie.

Je ne veux plus me marier.


Erman.

C’est-à-dire, je ne veux point aimer !


Amélie.

Pourquoi donc, cela est-il synonyme ? Je ne m’en doutais pas, et je crois que vraiment vous vous trompez ; car j’aime, et vous venez de me l’apprendre.


Erman

Ainsi donc… l’heureux comte de Muller ?…


Amélie

Lui ? le croyez-vous bien propre à figurer avec quelque avantage dans le premier tableau ? Et vous, mon ami, qui prîtes soin de me former le cœur et l’esprit, auriez-vous négligé de me former aussi le goût ? L’un et l’autre ont décidé mon choix en faveur d’un objet…


Erman.

Et cet objet ?


Amélie.

Cet objet … c’est vous.


Erman.

Moi ! Dieu !… Amélie !


Amélie.

Vous-même, mon ami ; en seriez-vous fâché ? Vous qui peignez si bien le sentiment : moi qui ai su si bien vous entendre, ne pensez-vous pas, que nos cœurs soyent faits pour parler le même langage ? Ne les croyez-vous pas même déjà d’accord,