Page:Kotzebue - Supplement au theatre choisi.djvu/17

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


lui donna un grade supérieur, et il se retira en 1795 dans une petite propriété, nommée Friedenthal, à 48 werstes de Nerva, où il se consacra tout entier à sa famille (il s’était marié en Russie) et à la littérature. Déjà il avait composé pour le théâtre de l’impératrice plusieurs pièces qui avaient contribué à lui attirer les grâces qu’il en obtint. Bientôt ses drames de Misantropie et Repentir, des Deux Frères, du Fils Naturel, de la Victime Volontaire, et quelques autres encore, vinrent mettre le sceau à sa réputation, et le firent connaître en France.

Ayant été nommé en 1795 directeur du théâtre de Vienne, il se rendit dans la Capitale de l’Autriche, qu’il quitta au bout de trois ans pour retourner en Russie, malgré les représentations qui lui furent faites sur les dangers qu’il pouvait courir, d’après l’humeur soupçonneuse de Paul Ier. En effet, à peine était-il arrivé sur les frontières de l’empire Russe, qu’il fut arrêté par ordre de l’empereur et exilé en Sibérie. Il chercha à s’évader en route, erra quelques jours dans les forêts de la Livonie, fut repris par ses conducteurs, et arriva enfin à Tobolsk à travers mille dangers, puis à Kurgan, lieu de son exil. Il y resta néanmoins fort peu de temps. Au bout de trois mois, un dragon lui apporta sa liberté, et l’ordre de se rendre auprès de l’empereur. Paul le reçut bien, lui fit des excuses, lui donna une terre en Livonie, et le créa directeur du théâtre Allemand