Page:Kropotkine - L Entraide un facteur de l evolution, traduction Breal, Hachette 1906.djvu/301

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Tver, Smolensk, Viatka et Pskov[1]. Et là où l’on peut disposer d’un peu de terre, les communes donnent aussi une partie de leur domaine pour en faire des vergers. Enfin, l’extension soudaine qu’ont prise dernièrement en Russie les petites fermes modèles, les vergers, les potagers et les magnaneries créés dans les écoles des villages, sous la direction du maître d’école ou d’un villageois de bonne volonté, est due aussi au soutien que toutes ces nouvelles créations ont trouvé dans les communes de paysans.

Des perfectionnements permanents, tels que des drainages et des travaux d’irrigation sont souvent entrepris par les communes. Ainsi, dans trois districts de la province de Moscou — en grande partie industrielle — d’importants travaux de drainage ont été accomplis durant ces dernières dix années, sur une grande échelle, dans 180 à 200 villages différents, tous les membres de la commune travaillant eux-mêmes avec la bêche. A une autre extrémité de la Russie, dans les steppes desséchées de Novo-ouzen, plus d’un millier de digues, pour faire des étangs, furent construites, et plusieurs centaines de puits profonds furent creusés par les communes ; et dans une riche colonie allemande du Sud-Est les membres de la

  1. Plusieurs exemples de ces perfectionnements et d’autres analogues furent donnés dans le Messager officiel, 1894, n° 256-258. Des associations entre des paysans « sans chevaux » commencent aussi à se former dans la Russie du Sud. Un autre fait extrêmement intéressant est le développement soudain dans le midi de la Sibérie occidentale de très nombreuses crémeries coopératives pour faire le beurre. Des centaines furent créées à Tobolsk et à Tomsk sans qu’on sache trop d’où était né ce mouvement. L’initiative vint des coopérateurs du Danemark, qui avaient l’habitude d’exporter leur beurre de qualité supérieure, et d’acheter du beurre d’une qualité inférieure pour leur propre usage en Sibérie. Après plusieurs années de relations, ils introduisirent leurs crémeries en Sibérie. Maintenant un important commerce d’exportation a été créé par leurs efforts.