Page:Kropotkine - Mémoires d’un révolutionnaire.djvu/201

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Cette page n’a pas encore été corrigée


russe ne manqua pas de profiter, afin d’apparaître dans le rôle de protecteur des paysans contre les seigneurs polonais.

Lorsque la révolution éclata en Pologne, on croyait généralement en Russie qu’elle prendrait un caractère démocratique, républicain. On croyait aussi que l’émancipation des serfs sur une base largement démocratique serait la première chose qu’accomplirait un gouvernement révolutionnaire luttant pour l’indépendance du pays.

La loi d’émancipation, telle qu’elle avait été promulguée en 1861 à Pétersbourg, fournissait amplement l’occasion de prendre de telles mesures. Les obligations personnelles des serfs envers leurs seigneurs ne prenaient fin que le 19 février 1863. Après cela il fallait passer par une longue procédure pour arriver à un arrangement entre les seigneurs et les paysans au sujet de la surface et de l’emplacement des lots de terre à donner aux serfs libérés. Les annuités à verser pour ces lots — beaucoup trop élevés d’ailleurs — étaient fixés par la loi à tant par acre. Mais les paysans devaient payer aussi une somme additionnelle pour leurs habitations, et la loi n’avait fixé que le maximum de cette somme : on avait pensé que les seigneurs se décideraient à renoncer en tout ou en partie à ce payement additionnel. Quant au « rachat de la terre », le gouvernement payait au seigneur la valeur entière de la terre en bons sur le Trésor, et les paysans qui recevaient la terre devaient en retour payer pendant quarante-neuf ans 6 pour cent de cette somme pour intérêts et annuités, et ces payements étaient non seulement très exagérés et ruineux pour les paysans, mais on ne fixait même pas un terme pour le rachat : c’était laissé à la volonté du seigneur, et dans un très grand nombre de cas, vingt ans après l’émancipation, on n’avait même fait aucune convention sur le rachat.

Dans de telles conditions, un gouvernement révolutionnaire avait la partie belle pour améliorer la loi russe. Il était tenu d’accomplir un acte de justice envers