Page:L'Humanité nouvelle, année 2, tome 2, volume 3.djvu/581

La bibliothèque libre.
Aller à la navigation Aller à la recherche
Cette page a été validée par deux contributeurs.


se haussant sur la pointe des pieds, elle semblait avoir retrouve sa grâce de seize ans.

Peu à peu les couples cessèrent progressivement la danse et Mlle Irène et son cavalier restèrent seuls. Les hommes s’avancèrent sur le pas de la porte de la petite chambre et se prirent d’enthousiasme pour la danseuse qui, la taille cambrée, les hanches gracieusement balancées, avançait un peu plus les pieds sous la robe. Après une mazurka, l’instituteur, gagné à son tour cria : bravo, bravo ! et toute l’assistance de battre les mains. Mlle Irène s’inclina et fit une gracieuse révérence. Sur le point de se mettre à table, elle proposa une Polonaise.

Cette proposition obtint l’approbation générale. Tous voulurent en être ; ce fut une bousculade parmi les femmes. On entendait les hommes crier :

— Eh bien ! la mère… alors c’est à nous.

Quelques-uns entonnèrent le chant national, battant la mesure avec les pieds. À table, Mlle Irène se trouvait placé à côté de l’instituteur et sous le buste de S. M. le roi Christian IX.

On redevint grave. Seule la vieille danseuse, au contact de cette atmosphère fébrile et théâtrale, avait repris son langage pompeux et étudié comme celui des personnages de Scribe. Peu à peu, les estomacs étant satisfaits, la conversation devint plus animée. Les hommes se mirent à boire en choquant les verres par dessus la table. Du côté des jeunes il fallut un moment pour pouvoir rétablir le silence et permettre à l’instituteur de se lever afin de prendre la parole et boire en l’honneur de Mlle Irène et des neufs Muses. Il parla longtemps. Les yeux des convives étaient fixés sur les assiettes. Bientôt les visages prirent une expression plus solennelle, comme lorsque, à l’église, à la porte du chœur, le sacristain roule des boulettes de pain entre ses doigts.

L’orateur arriva à Frejo[1] avec ses deux chats et pria l’assistance d’entonner un vivat en l’honneur de Mlle Irène, la prêtresse de l’art. On cria neufs hourrahs formidables et chacun but à la santé de Mlle Irène.

Bien qu’elle n’eût rien compris au discours de l’orateur, elle se trouva néanmoins très flattée. Elle se leva, le verre à la main et s’inclina gracieusement. La poudre de riz, dont elle avait usé pour l’occasion, avait disparu sous l’action de la chaleur et ses joues s’étaient coloriées d’un pourpre vif.

Il se fit un grand tumulte. Les jeunes commencèrent à chanter, les vieux à boire. Se levant de leurs places, ils allaient mutuelle-

  1. Sorte de Vénus dans la mythologie danoise. (Les traducteurs.)