Page:L’Étourdi, 1784.djvu/61

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
Book important2.svg Les corrections sont expliquées en page de discussion
40
L’ÉTOURDI.

Une de ces petites incommodités ſi utiles aux jolies femmes, & toujours à leur ordre, vint ſur le champ s’emparer d’elle. Et ce n’etait qu’en prenant l’air que ſa migraine pouvait être diſſipée, elle ordonna qu’on mit ſes cheveaux à ſa voiture, & au lieu de ſe faire conduire par ſon cocher ordinnaire, elle prétexta de vouloir eſſayer, ſi je menais bien. Elle était plus ſûre de mon adreſſe à conduire le char de l’amour, l’expérience venait de lui prouver que je ne l’avais point oublié. J’eus ordre de, la conduire ſur la route de ... Tu crois peut-être que je fus fort embarraſſé. lorſqu’il fallut grimper ſur le ſiege, & prendre dans la main les guides des courſiers attelés au char de ma Vénus, point du tout ; que ne peuvent pas l’amour & le deſir ? Je fus ſeulement un peu ému, mais c’était par la crainte d’être reconnu.

Le laquais qui ſuivait était un importun dont il fallait, ſe débaraſſer ! que l’eſprit des femmes, eſt ingénieux, dans pareille occaſion ! lorſque nous fumes arrivés au lieu de notre deſtina-