Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/119

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

105
LE RUT OU LA PUDEUR ÉTEINTE


partout où elle allait culbuter, et elle avait donné un chancre à Céladon qui, s’il n’était pas vérolé, en avait assez bien la mine. Elle avait, de plus, semé certain bruit honteux pour lui dans toutes les ruelles de sa connaissance, je veux dire qu’elle s’était vantée à beaucoup de monde qu’il lui avait fait une promesse de mariage. Cette hardiesse l’avait tellement outré qu’il avait résolu de ne la voir jamais, et il fut ravi de trouver les moyens de vomir sa bile contre elle ; il fit donc sur-le-champ ce


Rondeau.

À vous entendre insolemment
Me nommer partout votre amant,
Beauté dont la sale chronique
Vous élève au trône impudique,
En fait-on un bon jugement ?
On ne le saurait sainement,
Mais aussi sans retardement,
L’honneur veut que je m’en explique
   À vous.

Je vous jure sincèrement
Que si j’avais ce sentiment,
Mon cœur serait bien peu stoïque :
Vous n’avez appas ni musique,
Ni quatre deniers seulement
   À vous.


Céladon donna ce rondeau à la servante de Mlle de Boissemé, mais auparavant que de la congédier :