Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/120

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

106
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS

— Est-ce que le poulain de votre maîtresse n’est pas encore guéri ? lui dit-il.

— Non, monsieur, répondit-elle, sans songer à ce qu’elle disait. Cette innocence fit rire nos galants à gorge déployée, et la servante reconnaissant sa faute : « Je vous prie, dit-elle, de n’en rien témoigner ; je viens de faire un pas de jeune bête, et je suis tellement accoutumée à la vérité que je vous ai déclaré un secret qui ne devait jamais sortir de ma bouche. »

— Vous ne m’avez rien appris, lui dit Céladon, et votre maîtresse m’en fait confidence dans son billet. Mais apprenez-moi aussi qui est celui qui l’a si bien ajustée ?

— Vous connaissez le fils de M. le vicomte ? reprit-elle.

— Sans doute, dit Céladon ; est-ce lui ?

— Mademoiselle n’en est pas bien assurée, continua-t-elle, mais elle n’en accuse que lui, ou M. Le Noir. Alors faisant une grande révérence, elle troussa ses chausses.

Après qu’elle fut partie : « L’infâme ! dit Céladon en parlant de la Boissemé ; admirez, je vous prie, son insatiabilité, et confessez que la débauche n’étendit jamais si avant les bornes de son empire. Je ne crois pas qu’il y ait une maison dans cette ville où le vice n’ait un autel.

— J’en connais pourtant une, interrompit Poquet, sur laquelle vous n’oseriez répandre votre venin.