Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/122

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

108
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


J’aurais plus de plaisirs, te voyant secourable,
Que de Marie n’en a quand il juge un coupable
D’un crime rémissible aux peines de la mort.


« Si les rimes de ce poème ne sont pas riches, dit Céladon, il s’en faut prendre à l’adorable beauté qui me les envoya, afin que je les misse en œuvre. Cet autre vous semblera peut-être moins vicieux :


Sonnet.

Mon amour est plus grand qu’un chêne,
Mais mon respect perce les cieux,
Et je n’ose lever les yeux
Sur le chaste objet qui m’enchaîne.

Mais que cette pensée est vaine !
Est-ce que je suis envieux
De l’une des filles des dieux,
Ou tout au moins de leur germaine ?

Je suis pris, c’en est fait ; mon cœur
Cède aux charmes de son vainqueur ;
Ma défaite fait ma victoire.

Que si ce discours est coquet,
Bel ange, j’ai l’âme plus noire
Que la langue d’un perroquet.


Le Rocher allait poursuivre, quand on sonna la clochette pour se mettre à table, de sorte que nos trois personnages s’en furent souper avec appétit. Ils en étaient déjà au fromage, lorsque Robert, petit-fils du