Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/128

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


queriez pas d’ajouter que vous jugeâtes l’action si glorieuse d’être à cheval sur un marquis que vous lui donnâtes un tour de fesses tellement subtil et inévitable qu’il ne se put défendre d’être à son tour acalifourchonné. Vous aurez beaucoup de ces sortes d’omissions dans ce petit ouvrage, mais vous me les pardonnerez quand je vous aurai assurée que tout ce que j’ai fait jusqu’ici n’a été qu’une épreuve de mes forces, ou qu’un prélude, si vous voulez, après lequel je vous donnerai un branle plus juste et mieux conditionné. Attendez donc, s’il vous plaît, à vous fâcher contre moi que je vous aie manqué de parole, et cependant continuez en votre affection celui pour qui vous avez abandonné votre pays et que vous achèteriez de votre sang, s’il était à vendre.