Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/150

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

136
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


            « J’y consens, lui répondit-elle,
            Et j’entre dans vos sentiments ;
            Mais d’une monture nouvelle
N’allez pas tant aimer les subtils mouvements
Que je voie expirer les divertissements
            Que respire mon cœur fidèle. »


Céladon sourit à cette leçon et reprit ensuite le chemin de son logis, où il donna quatre cents écus à Boisblés pour son Bucéphale, qui ne fut point dessellé, parce que nos amants voulurent partir une heure après, afin de voyager à la fraîcheur.

Ils avaient déjà fait une lieue quand Céladon, qui n’allait que par courbettes, demanda à sa compagne ce qu’il lui semblait de son dada : « Je ne lui trouve qu’un défaut, répondit la bonne demoiselle, et si vous péchiez par là, je ferais moins de cas de vous que d’un v.. de coq. Je rougis de honte pour les hommes quand je viens à considérer que leur barbarie s’étend jusqu’à priver de leur plus bel ornement de pauvres bêtes dont ils reçoivent d’aussi grands services. Ils sont bien malheureux, ces pauvres animaux, continua-t-elle, de ce que les femmes ne prennent pas le soin de leurs affaires ; on leur verrait une vigueur tout autre et elles leur couperaient plutôt les oreilles que les génitoires. Voyez si les chevaux du Soleil, que pansent des personnes de notre sexe, ne sont pas entiers et si les plus beaux de leurs membres, qui sont ceux qui manquent au vôtre, ne sont pas des objets