Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/174

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

160
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


mode, mais quand elle eut vu que l’engin du sodomiste était si petit qu’il entrait tout seul, elle se mit à chanter : « Courage ! courage ! courage ! »


            Son v.. était un petit nain
            De couleur un peu diaphane,
            Plus vaillant que celui d’un âne,
      Et qui faisait à merveille un deuxain.
            Quoiqu’il appartînt à grand maître,
            Il se perdait dans son néant,
Et lorsqu’il paraissait sur son meilleur séant,
      À peine un c.. le voyait-il paraître.
      Il était gai, du soir jusqu’au matin,
            Il était velu comme un faune,
            De forme d’une épingle jaune,
            Et la tête en pet de p.tain.


Céladon, à qui l’effronterie du baron de Samoi était revenu en l’esprit, crut bien qu’il aurait tenté de passer sa furie sur Amarante, et s’étant rendu, sans faire de bruit, à leur porte qu’ils avaient tirée sur eux, et qui ne se fermait point en dedans, la poussa tout d’un coup, et trouva encore nos bêtes enqueutées :

— Ma foi ! mademoiselle, dit-il à Amarante, je vous en sais bon gré, de payer ainsi pour moi ; allons encore un petit mouvement, je vous prie.

— Prenez donc la place de monsieur, lui dit-elle, car je pense qu’il a fait toute son œuvre.

— Je n’en ferai rien, mais voici un brave homme,