Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/192

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

178
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


Lupanie observant, il lui devint incommode par ses faiblesses, et, n’en attendant plus de plaisir, elle le fit sortir, avec le moins de bruit et le plus secrètement qu’elle put, aussitôt que le jour commença de paraître. Elle se mit ensuite dans le lit, où elle demeura tout le jour, feignant quelque légère indisposition.

Schelicon fit voir toutes les faiblesses d’un amant transi quand il apprit la nouvelle de cette feinte maladie ; il criait et pleurait de la plus vilaine manière du monde, et, battant des pieds contre terre, il élevait les yeux au ciel d’une façon si désagréable et si bizarre que, loin de toucher ceux qui le regardaient, il leur était impossible de s’empêcher d’en rire. N’importe ! Fût-il mille fois plus grossier et plus pesant, on le souhaite pour mari, et pourvu qu’il soit bien partagé du côté où Lupanie fait consister le souverain bien et qu’il sache ce que c’est que n’être pas à charge, toute une nuit, à une femme dans son lit, on le recevra à bras ouverts sans se mettre fort peu en peine du reste. Elle se veut éclaircir promptement là-dessus et savoir ce qu’il vaut. Pour ce sujet, elle se rend la santé et se met en état de le recevoir pour époux le même jour qui avait été pris. Ce mariage accompli, tous deux n’attendent plus que la nuit. Trêve aux autres divertissements du jour, un bien plus doux les attend. Lupanie, par une rougeur étudiée, contrefait la fille honteuse et pudique ; elle