Page:L’Œuvre de P.-C. Blessebois, 1921.djvu/210

La bibliothèque libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.

196
L’ŒUVRE DE P.-CORNEILLE BLESSEBOIS


agréable et d’un bon raisonnement. Si vous voulez m’en donner l’explication après souper, je tâcherai d’imaginer un moyen pour vous entretenir en particulier. »

La lettre qu’avait écrite Anthonin fut si malheureuse qu’après que Lupanie l’eut lue elle tomba par terre en tirant son mouchoir et fut trouvée par Schelicon au milieu de la chambre, qui la lut tout entière et en parut fort chagrin. Lupanie, qui l’avait cherchée partout sans la pouvoir trouver, voyant sur son visage cette morne froideur et cette inquiétude qui n’étaient pas ordinaires, jugea qu’elle était sans doute venue entre ses mains, si bien que, pour jouer au plus fin, elle s’approcha de lui comme il rêvait, et en lui passant la main sur son visage, le caressant et le baisant, elle lui demanda le sujet de sa mélancolie et, sans lui donner le temps de répondre :

« Voulez-vous gager, lui dit-elle, que tout chagrin que vous êtes, je vous fais rire si je vous raconte la plus agréable chose du monde qui m’est arrivée ? Je suis bien obligée, ajouta-t-elle avec un sourire malicieux, monsieur, de souffrir que vos amis m’envoient des billets pleins d’impertinence. Voyez, reprenait-elle en fouillant dans sa poche et feignant de chercher la lettre d’Anthonin, ce qu’on m’écrit ! À qui doit-on se fier après cela ? Anthonin, ce corps mourant, ce visage ridé et affreux, ce squelette hâve et décharné, me